ainsité – réalité

shinnyo 真如 ou 眞如 – la réalité telle quelle (sanskrit, tathatâ)

nyoze 如是 – littéralement: comme est, tel quel

inmo 恁麼 – le tel quel

Ces mots évoquent tous la réalité profonde telle qu’elle est,
au fond indescriptible,
les mots ne pouvant l’exprimer toute.

Mais bien sûr les mots sont nécessaires pour l’approcher et partager l’expérience.

Cultiver un esprit d’Éveil, c’est cultiver la vision de la réalité telle quelle est, à la fois:
phénoménale
faite de phénomènes qui ne cessent de se transformer, et
ultime
tous ces phénomènes, choses et êtres, sont vides de substance fixe.

Rester en contact vivant, d’instant en instant, avec ces deux faces de la réalité, est le fondement de la pratique-vision bouddhique.

le filet d’Indra

Dans le Sūtra de la guirlande de fleurs
(Avatamsaka Sūtra, jap. Kegonkei 華厳経)
la réalité de l’univers
est comparée à un filet infini,
dont les intersections sont faites de joyaux transparents,
eux aussi infinis,
le filet d’Indra.

A chaque nœud de ce réseau se trouve un cristal,
relié à toutes les autres cristaux.
Transparent,
chaque joyau se reflète dans chaque joyau.

Ces joyaux sont les phénomènes,
choses et êtres humains,
qui apparaissent, et en se transformant, disparaissent
au fil des circonstances sans cesse changeantes.

Qu’est-ce que cela nous dit? Continuer la lecture de « le filet d’Indra »

4 « nobles vérités »

Bouddha Shakyamuni a partagé sa compréhension de la réalité du monde, après des années de recherche et d’observation.

Son enseignement est le fruit d’une expérience, et peut être appelé de manière plus directe par les 4 constats,
« je n’ai fait qu’exposer les vérités de la Nature ».

1. Constat de la souffrance (présente tout au long de la vie)
2. Origine de la souffrance (avidité de ce qu’on aime, rejet de ce qu’on n’aime pas, et ignorance de la réalité profonde)
3. Cessation de la souffrance (prise de conscience profonde)
4. Voie à suivre pour la suppression de la souffrance (octuple sentier)

une feuille de papier

Si vous êtes poète, vous verrez clairement un nuage flotter dans une feuille de papier. Sans nuage, il n’y aurait pas de pluie; sans pluie, les arbres ne pousseraient pas; et sans arbre, nous ne pourrions pas faire de papier.

En regardant encore plus en profondeur dans cette feuille de papier, nous y voyons aussi le soleil. Sans soleil, la forêt ne pourrait pousser. Et nous voyons aussi le bûcheron qui a coupé le bois, et ses parents qui lui ont donné naissance, etc.

Et en examinant encore plus profondément, Continuer la lecture de « une feuille de papier »

Dharma

« Comprendre le mot dhamma (dharma en sanskrit) serait tout comprendre du bouddhisme car il en est le mot clef. »
D’après Lilian Silburn, Aux sources du bouddhisme

Le Dharma désigne essentiellement deux aspects de la réalité,
la réalité ultime
– La compréhension qu’a eue le Bouddha Shakyamuni de la réalité ultime, des choses « telle quelles sont » (avant d’être altérées par les interprétations humaines) –et par extension, l’enseignement du Bouddha.
la réalité relative
– Les phénomènes, tels que nous les percevons et vivons à travers nos relations avec les êtres et les choses – la réalité relative.

Nous sommes partie de l’univers.
Tout est source d’enseignement de la réalité ultime.
Tant la vision sage du monde,
que la réalité illusoire –pour autant qu’on la perçoive comme telle.

Illusion et éveil,
les deux faces d’une pièce
Universel et singulier,
les parties d’un tout
Ryōkan

3 corbeilles – tipitaka

Tipitaka (sanskrit, tripitaka), tri: trois, pitaka: corbeille.
Elles constituent l’ensemble des textes du canon bouddhique ancien.

1. Les vinayas: les règles de la communauté (posées au fur et à mesure des problèmes rencontrés)
2. Les suttas (sanskrit, sūtras): les paroles du Bouddha Shakyamuni (mémorisées et récitées par Ananda, proche disciple, et au fil du temps mises par écrit –plus de dix mille sutras assemblés en cinq sections appelées nikāyas)
3. Les abhidhammas (sanskrit, abhidharmas): les interprétations des paroles du Bouddha Shakyamuni

Les abhidharmas, littéralement « La corbeille des commentaires », sont des commentaires de tout ce qui relève de la réalité relative et peut donc être interprété, discuté, comme par exemple la question de la réincarnation (une personne peut-elle renaître?), ou la question de la nature du corps du Bouddha Shakyamuni (3 corps du Bouddha).

Ce qui relève de la réalité ultime, ce sont les principes observés par le Bouddha Shakyamuni. Par exemple, le fait que tout ce qui existe est impermanent, ou qu’aucun être ou autre phénomène existe en soi, mais est le produit de circonstances (coproduction conditionnée).