zazen – s’asseoir en silence

Juste s’asseoir avec force et abandon.

« La pratique du zen (sanzen 参禅) est l’assise silencieuse (zazen 坐禅) »

« Rejetez tout engagement et abandonnez toute affaire.
Ne pensez pas « ceci est bien, cela est mal ».

Étendez une natte épaisse et placez un coussin dessus.
Asseyez-vous en lotus ou en demi-lotus [ou les jambes croisées en position birmane].
Asseyez-vous bien droit, ni penché à gauche ni penché à droite, ni en avant ni en arrière.
[Les genoux ancrés dans le sol, les ischions  posés sur le zafu, la colonne s’étire naturellement vers le ciel].
Assurez-vous que vos oreilles sont dans le même plan que vos épaules et que votre nez se trouve sur la même ligne verticale que votre nombril. Placez la langue en avant contre le palais. La bouche est fermée, les dents se touchent.
Les yeux restent toujours mi-ouverts [à la fois à l’extérieur et à l’intérieur –plus de différence].
Respirez doucement par le nez.

Quand vous avez pris la posture correcte, respirez profondément une fois, inspirez et expirez. Balancez votre corps de droite à gauche plusieurs fois, puis immobilisez-vous dans une position assise stable.

Pensez à ne pas penser. Comment pense-t-on à ne pas penser ?
Au-delà de la pensée [laisser la pensée apparaître et disparaître.
Lorsque l’esprit ne se pose sur rien, le véritable esprit apparaît].
Cela en soi est l’art essentiel du zazen.

Le zazen dont je parle n’est pas l’apprentissage de la méditation.
C’est la pratique de la grande paix et de la joie.
C’est la pratique de l’Éveil. »

D’après Dōgen Zenji (1200-1253) – Zazengi, 1243 & Fukanzazengi, 1227